News19 Nov 2019


CAA African Athletics Development Centres, 18 months on

FacebookTwitterEmail

Athletes at the 2019 African Games in Rabat, Morocco (© CAA)


For the past year and a half, the Confederation of African Athletics has owned and operated seven centres to train athletes, coaches and officials. These institutions, known as African Athletics Development centres, are scattered around the continent and are born of a desire to breed African talent on home soil.

“There was a necessity to train African athletes at home,” says CAA President Hamad Kalkaba Malboum.

“We told ourselves that instead of our athletes going abroad to train, we could instead find centres on the continent and orient these athletes towards such institutions.”

With this desire came several years of planning.

“The African Area Development Centres are the result of CAA's 10-year development strategy,” says Aziz Daouda, the technical and development director of the CAA. “They are the pillars of the development action of the confederation.”

The centres in existence are reconversions of former high performance training centres and regional development centres owned by World Athletics in Africa. Previously, specific institutions trained either athletes or officials. Now, the line is disappearing with the redefined mission of the centres being “the training of coaches and officials as well as the training of athletes,” Daouda says.

 

 
CAA President Hamad Kalkaba Malboum (c) at the African Athletics Development Centre in Cairo

 

The AADCs came to fill a void in the grooming of athletes in Africa.

“There are two ways in the world to prepare athletes,” Daouda says. “There is the American system based on the universities which have big means and the ability to train athletes at the highest level and there is the European system based on clubs which also have the capacity to train athletes of very high level.

“In Africa there is neither one nor the other and that is thus how the idea of a third way was born - that of the centres, which was born in Morocco in the 1980s with the results that we know.”

These centres had existed for years, to train the continent’s athletes as they found themselves at a disadvantage without a system specifically tailored for the development of their talent. Meanwhile, the last few years saw World Athletics pursue a policy of decentralisation, under the guidance of President Sebastian Coe. In response to World Athletics' decentralisation drive, the CAA revisited the concept of HPTCs and RDCs and adapted them to African realities.

According to Daouda, “the centres are there to allow the selected athletes to benefit from an adequate infrastructure, a high level of supervision and a regular medical follow-up.”

A centre for every region

The AADCs serve various regions and particular languages.

The Port Harcourt centre in Nigeria specializes in middle & long distance running, hurdles, jumps and throws. It is located at the Sports Institute of the University of Port Harcourt with corresponding facilities for these sports. There are also indoor training facilities and a well-equipped strength and conditioning gymnasium.

Senegal hosts the Dakar centre, which is the result of a fusion of the previous regional development centre and high performance training centre. It serves 25 federations including those in French-speaking Africa as well as Angola, Equatorial Guinea, Cape Verde, Sao Tome and Principe, and Guinea Bissau.

 

 
Training session at the African Athletics Development Centre in Cairo

 

The centre trains coaches, technical officials and executives as well as high-level athletes. Located at the Leopold Sedar Senghor stadium, it boasts a synthetic track, facilities for jumping and throwing plus a weight room.

The Cairo centre in Egypt serves 18 Arabic-speaking countries in both Africa and Asia, training coaches and officials as well as athletes in the throwing events. There are two 400m synthetic tracks in the stadium and a weight room.

In Nairobi, athletes from English-speaking African countries are served at a centre headquartered at the Moi International Stadium in Kasarani.

Athletes with ambitions in combined events can train at the AADC in Mauritius. There are other centres in Lome in Togo and Lusaka in Zambia. An eighth centre for Portuguese Africa is in gestation and could be located either in Cape Verde or Mozambique.

Success in spite of difficulties 

Some of the biggest names in African athletics have come from the AADCs, both in their new form and from when they were owned by World Athletics. From the defunct RDCs and HPTCs came 2000 world 400m champion Amy Mbaké Thiam of Senegal, and the reigning African 100m and 200m champion Marie-Josée Ta Lou.

“One of the great hopes of the world in sprint today is Gina Bass who trains in the centre in Dakar,” says Daouda. “In Rabat during the African Games and in Doha at the World Championships we achieved extraordinary results.”

Athletes from the AADCs won 20 medals at the 2019 African Games – nine gold, six silver and four bronze.

However, these centres have had to overcome a number of difficulties to produce those results. Some of the biggest challenges faced by the AADCs are financial in nature.

“The greatest difficulty that our centres face today is certainly the extent of the means at their disposal,” says Daouda. He said that one way they plan to fight against that is to reduce the cost of training.

“In order to make them even more efficient, it is necessary to increase the number of athletes who train for more efficiency but also to achieve economies of scale on the operation.

“For this reason, for example, we have launched experimental training units in some centres. This is a system where athletes are not internal to the centre but where they benefit from supervision, infrastructure and help to allow them a better diet.

“It works pretty well. These units have been established in Dakar, Cairo, Mauritius and Nairobi. They will be extended to other centres and regions in the near future.”

CAA officials plan to keep pushing for better training on the continent for its top talent.

“The goal of everything we are doing now is to give African athletes the satisfaction of receiving training in Africa,” says Kalkaba, “to go on and win titles out of the continent.” 

Helen Ngoh for World Athletics

 

Les Centres de développement de l’athlétisme de la CAA : dix-huit mois après

Depuis un an et demi, la Confédération africaine d’athlétisme possède et gère sept centres pour former des athlètes, des entraîneurs et des officiels. Ces structures, connues sous le nom de Centres africains de développement de l’athlétisme, sont présentes sur tout le Continent et sont la concrétisation d’une volonté de développer les talents africains sur le terrain.

« Il était nécessaire d’entraîner les athlètes africains sur place », a déclaré M. Hamad Kalkaba Malboum, Président de la CAA.

« Pour éviter que nos athlètes ne se rendent à l’étranger pour s’entraîner, nous avons pensé établir des centres sur le territoire africain et diriger ces athlètes vers de telles structures ».

Dès lors a suivi un processus de planification pendant plusieurs années.

« Ces Centres africains de développement de l’athlétisme sont le résultat d’une stratégie de développement menée pendant dix ans par la CAA » a déclaré M. Aziz Daouda, Directeur technique et du développement de la CAA. « Ils constituent les piliers de la politique de développement de la Confédération ».

Les centres actuels sont issus de la réhabilitation des anciens Centres d’entraînement de haut niveau en Afrique appartenant à l’IAAF. Auparavant, des structures distinctes assuraient la formation des athlètes ou des officiels.

 

 
At the African Athletics Development Centre in Cairo

 

Aujourd’hui, la démarcation disparaît et la mission des centres est redéfinie. Ces centres assurent aussi bien « la formation des entraîneurs et des officiels que l’entraînement des athlètes », précise Daouda.

Les Centres africains de développement de l’athlétisme (CADA) viennent combler un manque dans le domaine du perfectionnement des athlètes en Afrique.

« Il existe deux façons dans le monde de préparer les athlètes », déclare Daouda. « Il y a le système américain basé sur les universités avec de gros moyens et une capacité d’entraîner les athlètes au plus haut niveau. Puis il y a le système européen basé sur les clubs qui peuvent aussi entraîner les athlètes de très haut niveau.  

« Aucun de ces deux systèmes n’existe en Afrique. C’est ainsi qu’est née l’idée d’un troisième, le système des centres, qui fut d’abord implanté au Maroc dans les années 80, avec les résultats que l’on connaît ».

Ces centres existaient déjà depuis des années pour permettre aux athlètes africains de s’entraîner car ces derniers étaient désavantagés. En effet, ils ne bénéficiaient d’aucun système spécialement conçu pour le développement de leurs talents. Entre-temps, au cours de ces dernières années, l’IAAF a mis en place une politique de décentralisation, sous la tutelle du Président Sebastian Coe. En réponse à la démarche de décentralisation de l’IAAF, la CAA a repensé le concept des Centres d’entraînement de haut niveau et des Centres régionaux de développement pour l’adapter aux réalités du continent africain.

Selon Daouda, « les centres sont là pour permettre aux athlètes sélectionnés de bénéficier d’une infrastructure adaptée, d’un haut niveau de supervision et d’un suivi médical régulier ».

Un centre pour chaque région

Les CADA desservent des régions diverses et couvrent différentes langues.

Le Centre de Port Harcourt au Nigéria se spécialise dans les courses de fond et de demi‑fond, le saut de haies, les sauts et les lancers. Il est situé au sein de l’Institut des sports de l’Université de Port Harcourt, avec une infrastructure spécifique à ces disciplines. Il dispose aussi d’installations d’entraînement en salle et d’un gymnase bien équipé pour la musculation et la préparation physique.

Le Sénégal héberge le Centre de Dakar, qui est le fruit de la fusion de l’ancien Centre régional de développement et du Centre d’entraînement de haut niveau. Il est au service de 25 fédérations, dont celles de l’Afrique francophone ainsi que celles de l’Angola, la Guinée équatoriale, le Cap-Vert, Sao Tomé-et-Principe et la Guinée-Bissau.

Le centre forme les entraîneurs, les officiels et les cadres ainsi que les athlètes de haut niveau. Situé dans le stade Léopold Sédar Senghor, il est doté d’une piste synthétique, d’installations pour les sauts et les lancers, et d’une salle de musculation.

 

 
At the CAA African Athletics Development Centre in Dakar

 

Le Centre du Caire en Égypte dessert 18 pays arabophones en Afrique et en Asie. Il assure la formation des entraîneurs, des officiels et des athlètes dans les épreuves de lancer. Le centre dispose de deux pistes synthétiques de 400 m dans le stade et d’une salle de musculation.

À Nairobi, le Centre est situé dans le Stade international Moi à Kasarani et accueille les athlètes des pays africains anglophones.

Les athlètes ayant des ambitions dans les épreuves combinées peuvent s’entraîner au CADA de l’île Maurice. Il existe d’autres centres à Lomé au Togo et à Lusaka en Zambie. Un huitième centre à destination de l’Afrique lusophone est actuellement en gestation. Il pourrait être implanté au Cap-Vert ou au Mozambique.

La voie du succès semée d’embûches

Certains des plus grands noms de l’athlétisme africain sont issus des CADA, que ce soit dans leur ancienne ou nouvelle forme. La Sénégalaise Amy Mbaké Thiam, championne du monde du 400m en 2000, et Marie-Josée Ta Lou, championne africaine en titre du 100m et du 200m, furent toutes les deux formées dans les anciens CRD et CEHN.

« L’un des grands espoirs du monde du sprint d’aujourd’hui n’est autre que Gina Bass qui s’entraîne dans le Centre de Dakar », déclare Daouda. « Nous avons obtenu des résultats extraordinaires aux Jeux africains, à Rabat, et aux Championnats du monde, à Doha ».

Des athlètes issus des CADA ont remporté un total de 20 médailles aux Jeux africains de 2019 : 9 médailles d’or, 6 d’argent et 4 de bronze.

Toutefois, ces centres ont dû surmonter des difficultés pour obtenir de tels résultats. Les plus grands défis auxquels sont confrontés les CADA sont d’ordre financier.

« La plus grande difficulté à laquelle nos centres doivent faire face aujourd’hui est certainement le niveau de moyens à leur disposition », dit Daouda. Il explique que l’une des mesures pour y faire face est de réduire les coûts liés à l’entraînement.

« Afin de rendre ces centres encore plus efficaces, il est nécessaire d’augmenter le nombre d’athlètes qui s’entraînent en vue d’une performance accrue. Il faut également réaliser des économies d’échelle sur exploitation ».

« C’est pourquoi, par exemple, nous avons mis en place des unités expérimentales d’entraînement dans certains centres. Selon ce système, les athlètes ne sont pas internes au centre, mais ils bénéficient d’un encadrement, d’une infrastructure et d’une aide à une meilleure alimentation ».

« Ce système fonctionne plutôt bien. Ces unités ont été créées à Dakar, au Caire, à l’île Maurice et à Nairobi. Ce type d’unités sera déployé dans d’autres centres et d’autres régions dans un proche avenir ».

Les responsables de la CAA ont l’intention de continuer d'œuvrer à l’amélioration de la formation sur le Continent pour ses meilleurs talents.

« L’objectif de tout ce que nous entreprenons actuellement est de donner aux athlètes africains la satisfaction de s’entraîner en Afrique », dit M. Kalkaba « afin de continuer à remporter des titres hors du Continent ».

Helen Ngoh pour World Athletics