Participants in the Course Féminine 10km in Casablanca (Organisers) © Copyright
General News

The rise of road races in Africa


*** La version française ci-dessous/ French version below ***

Last May President Edgar Chagwa Lungu of Zambia and his wife Esther joined several hundred people gathering at Sadzu Road in the capital Lusaka.

The event was the annual Lafarge Lusaka Marathon.

For the past few years, hundreds of runners from throughout Zambia and other countries have come to the event for a variety of reasons: some are competitive athletes, but most are just interested in the experience.

“We came up with the idea of a road race in 2012 and partnered with Lafarge, a French cement company,” says Elias Mpondela, president of the country’s athletics federation.

The event incorporates a marathon, half-marathon, a 10km race and 5km health walk, all helping to raise money for several charities in Zambia, including the Chilanga Mother of Mercy Hospice.

The ‘phenomenal’ growth in races

The marathon has become a popular affair in Zambia since its inception seven years ago.

 

An athlete finishing the Lusaka Marathon (organisers)An athlete finishing the Lusaka Marathon (organisers) © Copyright

 

“When we started in 2012, there were barely 300 runners,” Mpondela says. “In May 2019, we had over 3000. Having President Lungu and the first lady participate in the event this year was a big boost.”

The rise in popularity of the marathon mirrors an upsurge in road races in the world in general and across Africa in particular.

“The number of races growing in Africa is quite phenomenal,” says Norrie Williamson, a road-running coach whose vast experience in the sport spans more than three decades. In addition to his coaching duties, Williamson is also a technical consultant for many races all over the world and in Africa.

“Races like Lafarge in Zambia have grown at a considerable rate to the point where other races are beginning to be organised. They are looking at putting on a couple of marathons. From the considerable size of Lusaka and the Zambian population, that’s large.”

Many of the events across the continent have IAAF certification, with a few of them big enough to earn a label, like the Okpekpe International Road Race in Nigeria. The silver label race takes place in the small town about five hours from the capital Abuja with a population of just over 3000. Yet the race has an attractive prize money pot of US $20,000, drawing top competitors and opening a window into the world of athletics for the locals.

“You have a situation where the locals can participate in the race against some of the best in the world,” according to Williamson.

In North Africa, Moroccans organise more than a dozen road races in a number of cities, among them the “Course Féminine” started by 1984 Olympic 400m hurdles gold medallist Nawal El Moutawakel.

“I started the event in order to showcase the spirit, power and solidarity of women participating in sport,” says Moutawakel, an IAAF Council Member. “I wanted to give them a day to be able to freely participate in sport together and this run was a perfect way to do that.

The event began as a 5km race with less than 2000 participants in 1993. By 2008, more than 30,000 women and girls between the ages of 15-75 took part in a 10km.

 

Runners in the Course Féminine 10km in Casablanca (Organisers)Runners in the Course Féminine 10km in Casablanca (Organisers) © Copyright

 

Run annually in Casablanca, it’s been nicknamed the “Run for Fun” where women can run or just jog. Participants come from Morocco but it also attracts top talent from Kenya, Ethiopia, Tanzania, South Africa, Egypt and Tunisia in Africa along with runners from European countries and the USA. The race has evolved into one of the biggest for girls and women in Africa and the Arab and Muslim world.

“The race is an example that women can make their own decisions regarding healthy lifestyles and that there is a community of women out there who aren’t afraid to make that decision. I think it gives girls and women everywhere courage to stand up and speak up,” says Moutawakel.

Races have sprung up all over the continent - even in countries with no history of long distance such as Gabon, Nigeria and Ghana.

In Cote D’Ivoire, the 2018 Abidjan marathon was able to draw 15,000 runners in only its fourth edition with a prize money purse of just 2 million West African francs, or about $US 3300. Runners came from 15 countries.

For the fifth edition, organisers expect to have about 20,000 runners for the marathon that is run along the banks of the Ebrie Lagoon. They have also set aside 10 million francs ($US 17,000) in prize money.

Of the thousands of races taking place all over the continent each year, South Africa is among the countries with the most races and the best organisation, according to Williamson.

“It is most structured in South Africa. We had something like 1400 races in the country in 2017 and 2018. A large percentage of those are marathon races.”

The two biggest road events in South Africa are ultras; the Comrades, run between Durban and Pietermaritzburg, which was capped at 25,000 runners in 2019, and the Two Oceans Marathon that takes place in Cape Town.

Recreational runners

Competitive athletes seek out these road races, especially those with significant prize money, but the biggest growth has been with recreational runners like 51-year-old Kafula Mwiche and his wife in Zambia.

“I have been running the (Lafarge) marathon for the past four years, ever since I became a long-distance runner,” says Mwiche. “I enjoy the solitude and the health benefits. I run with my wife so it gives us quality time as we are both busy professionals.”

 

Start of the Abidjan Marathon (Organisers)Start of the Abidjan Marathon (Organisers) © Copyright

 

Mwiche belongs to a running club whose members enter road races in Africa and beyond. In addition to the Lafarge Lusaka Half Marathon, other races he has run in include the Cape Town Marathon, the Two Oceans and Comrades ultras in South Africa.

The 51-year-old is part of a growing group that has helped power the rise of road races in Africa.

“It’s a bubble growth towards the back of the field,” explains coach Williamson. “People will go and do an event maybe once or twice and then go and look for another event to do, another challenge. So we are seeing this growth within the recreational, health and social side of the sport as opposed to the competitive side of the sport, and it is going to carry on.

“What they ultimately get out of it is the sense of achieving something and that tends to be something that they can then use in other aspects of their lives.”

Mwiche, who has completed all the races he’s ever been in, confirms the coach’s take on the recreational runner’s benefits.

“It is a priceless experience second to none. The preparation and execution teaches you discipline, which is applicable in all areas of life. It teaches one to focus and attain set goals.”

Factor in elite runners

Africans have long dominated marathons, since Abebe Bikila’s barefooted run to gold in the 1960 Olympic games in Rome. Many others followed in his footsteps, conquering not only the Olympics but other major road races all over the world.

These days it is runners like Kenyans Eliud Kipchoge and Bridget Kosgei making headlines. Africa’s growing interest in mass races may have something to do with these elite athletes achieving wonderful things on a global scale. The thousands of Kenyans in Eliud Kipchoge’s hometown of Eldoret who thronged the streets on 12 October to watch him run 42km in under two hours is a pointer in that direction. Africans all over the world identified with his achievement on social media.

They did the same when Kosgei broke the women’s world record at the Chicago Marathon run the next day. She clocked 2:14:04, shaving 3 minutes and 14 seconds off the previous record that had stood for 16 years.

The success of these athletes is major news all over the world and often inspires other athletes from similar backgrounds to try to do the same. They will seek out these races on the continent and do their best to win them.

 

Runners in the Abidjan Marathon (Organisers)Runners in the Abidjan Marathon (Organisers) © Copyright

 

“In Kenya and Ethiopia and other major athletics and running countries…people are using the sport to get out of circumstances to use their talent to improve their life and their lifestyles,” says Williamson.

Ambassadors for athletics

Road races are now acting as ambassadors for athletics in Africa, especially in places where the sport is struggling. This has been the case in Zambia with the organisers of the Lafarge Lusaka Marathon crediting the race with more visibility for the Zambian federation and its other competitions.

“It has helped us to become more creative, to raise money and not to rely entirely on the government and other donors for support,” says Mpondela, who has great ambitions for the race.

“We want to make it big, like the London Marathon and have top-notch runners come to compete in it.”

A similar situation is unfolding in Nigeria, where the Okpekpe 10km race is giving the locals a front row seat to the Diamond League. “They can actually watch the Shanghai Diamond League after the race. So you are getting a small village of maybe 3000 people being exposed to athletics. It is a mind-blowing concept of development,” says Williamson.

Meanwhile, races are continuing to sprout all over the continent and it is a trend Williamson thinks is not about to stop anytime soon.

“The sport will continue to grow. It is very exciting and a long way from where we were 10 to 20 years ago.”

Helen Ngoh for World Athletics

 

L’essor des courses sur route en Afrique

Au mois de mai dernier, le président zambien Edgar Chagwa Lungu et son épouse Esther ont assisté à un événement réunissant plusieurs centaines de personnes rue Sadzu à Lusaka, capitale de la Zambie. Il s’agissait du Marathon annuel Lafarge.

Depuis quelques années, cet événement réunit des centaines de coureurs de toute la Zambie et d’autres pays. Ces coureurs y prennent part pour de multiples raisons : certains sont des athlètes de compétition mais la plupart est tout simplement intéressée par l’expérience de la course.

« En 2012 est née l’idée d’une course sur route en partenariat avec Lafarge, une cimenterie française », explique Elias Mpondela, Président de la Fédération zambienne d’athlétisme. 

 

An athlete finishing the Lusaka Marathon (organisers)An athlete finishing the Lusaka Marathon (organisers) © Copyright

 

L’événement comprend un marathon, un semi-marathon, un 10km et une marche de santé de 5 km, autant de courses qui permettent de réunir des fonds au profit de plusieurs organismes de bienfaisance en Zambie, dont Chilanga Mother of Mercy Hospice.

La croissance phénoménale du nombre de courses

Depuis sa création il y a sept ans, le Marathon de Lusaka est devenu très populaire en Zambie.

« En 2012, quand tout a commencé, il y avait à peine 300 coureurs », a déclaré Mpondela. « En mai 2019, nous en avions plus de 3 000. Cette année, la présence à l’événement du Président Lungu et de la Première dame a été un véritable coup de pouce. »

Le gain de popularité du marathon reflète une recrudescence des courses sur route dans le monde en général et en Afrique en particulier.

« En Afrique, on assiste à une augmentation phénoménale du nombre de courses », déclare Norrie Williamson qui possède une vaste expérience dans ce sport depuis plus de trois décennies. En plus de ses responsabilités en tant qu’entraîneur, Williamson est consultant technique pour de nombreuses courses dans le monde entier et en Afrique.

« Des courses déjà existantes comme celle de Lafarge en Zambie se sont développées à un rythme considérable au point où d’autres courses commencent à être organisées. Ils envisagent d’organiser quelques marathons supplémentaires. Au vu de la taille considérable de Lusaka et de la population zambienne, c’est énorme. »

Bon nombre de ces événements à travers le continent sont certifiés par l’IAAF. Certains sont si importants qu’ils ont obtenu un label. C’est le cas de l’Okpekpe International Road Race au Nigeria, une course sur route labellisée argent qui se déroule dans la petite ville d’un peu plus de trois mille habitants d’Okpekpe à environ cinq heures de la capitale Abuja. Et pourtant, la course est dotée d’une enveloppe attrayante de 20 000 dollars américains pour les primes de compétition. Elle attire les meilleurs compétiteurs et ouvre aux habitants une fenêtre sur le monde de l’athlétisme.

« Cette course permet aux locaux de concourir contre les meilleurs athlètes au monde », a déclaré Williamson.

 

Runners in the Course Féminine 10km in Casablanca (Organisers)Runners in the Course Féminine 10km in Casablanca (Organisers) © Copyright

 

En Afrique du Nord, les Marocains organisent plus d’une douzaine de courses sur route dans plusieurs villes, parmi lesquelles la « Course féminine » à l’initiative de Nawal El Moutawakel, médaillée d’or olympique du 400 m haies féminin en 1984. 

« J’ai lancé cette compétition pour mettre en avant l’esprit, le pouvoir et la solidarité des femmes qui pratiquent le sport », explique Nawal El Moutawakel, membre du Conseil de l’IAAF. « Je souhaitais leur donner l’occasion pendant une journée de pratiquer le sport librement ensemble. Cette course était l’occasion idéale de le faire ». 

Cette initiative fut tout d’abord une course sur 5 km avec moins de 2 000 participantes en 1993. En 2008, plus de 30 000 femmes et filles âgées de 15 à 75 ans participaient à la course sur 10km.

Baptisée « Courir pour le Plaisir », cette course est organisée annuellement à Casablanca. Les femmes peuvent courir ou tout simplement faire du jogging. Les participantes sont originaires du Maroc mais la course attire également l’élite de pays d’Afrique tels que le Kenya, l’Éthiopie, la Tanzanie, l’Afrique du Sud, l’Égypte, mais aussi des participantes provenant d’Europe et des États-Unis. Cette course est devenue l’une des plus importantes pour les filles et les femmes en Afrique et dans le monde arabo-musulman.

« Cette course est l’exemple même que les femmes peuvent prendre leurs propres décisions en matière de modes de vie sains. Elle démontre qu’il existe une communauté de femmes qui ne craint pas de prendre une telle décision. Je pense que cela donne aux filles et aux femmes du monde entier le courage de se lever et de se faire entendre », a déclaré El Moutawakel.

Les courses se sont multipliées sur tout le continent, même dans des pays comme le Gabon, le Nigéria et le Ghana qui n’ont pas une tradition de course de fond.

En Côte d’Ivoire, l’édition 2018 du marathon d’Abidjan a réuni 15 000 coureurs dès la quatrième édition avec, à la clé, une dotation en primes d’un montant global de quelque 2 millions de francs CFA soit environ 3 300 dollars. Ce marathon a attiré des coureurs de quinze pays.

 

Start of the Abidjan Marathon (Organisers)Start of the Abidjan Marathon (Organisers) © Copyright

 

Pour la 5e édition, les organisateurs espèrent réunir environ 20 000 coureurs pour ce marathon qui se déroule sur les rives de la lagune d’Ébrié. Ils ont également alloué une cagnotte de 10 millions de francs CFA (soit 17 000 dollars) pour les primes de compétition.

Chaque année, des milliers de courses sont organisées sur le continent africain. Selon Williamson, l’Afrique du Sud est l’un des pays qui en compte le plus et offre la meilleure organisation.

« C’est en Afrique du Sud que les choses sont les plus structurées. En 2017 et 2018, il y a eu quelque 1 400 courses dans le pays, dont une grande partie sont des marathons. »

Les deux plus grandes épreuves sur route d’Afrique du Sud sont des courses d’ultrafond : le Marathon des camarades, qui se déroule entre Durban et Pietermaritzburg, avec 25 000 coureurs en 2019, et le Marathon des deux océans qui a lieu au Cap.

Coureurs non professionnels

Les athlètes de compétition recherchent ces courses sur route, en particulier celles dont la prime est élevée. Toutefois, la plus grande croissance concerne les coureurs récréatifs à l’instar de Kafula Mwiche, 51 ans, et son épouse en Zambie.

« J’ai couru le marathon [Lafarge] au cours des quatre dernières années, depuis que je suis devenu coureur de fond », a déclaré Mwiche. « J’apprécie la solitude et les bienfaits de la course pour la santé. Je cours avec ma femme, ça nous donne du temps pour nous, car nous avons tous les deux une vie professionnelle chargée. »

Mwiche fait partie d’un club de course à pied dont les membres participent à des courses sur route en Afrique et au-delà. En plus du semi-marathon Lafarge de Lusaka, il a participé à d’autres courses, dont le Marathon du Cap ainsi que les ultramarathons des deux océans et des camarades en Afrique du Sud.

Âgé de 51 ans, il fait partie d’un groupe de plus en plus important qui a contribué à l’essor des courses sur route en Afrique.

« C’est une bulle de croissance vers un retour au terrain », explique l’entraîneur Williamson. « Les gens participeront une ou deux fois à un événement, puis iront en chercher un autre, un défi supplémentaire. Nous constatons donc une croissance dans les domaines des loisirs, de la santé et des activités sociales plutôt que dans celui de la compétition. Ce n’est pas près de s’arrêter. » 

« Ce que les gens en retirent en fin de compte, c’est le sentiment d’accomplir quelque chose et c’est souvent quelque chose qu’ils peuvent ensuite utiliser dans d’autres aspects de leur quotidien. »

Mwiche, qui a terminé toutes les courses auxquelles il a participé, confirme la vision de Williamson sur les bienfaits de la course en loisir.

« C’est une expérience inestimable et sans pareille. La préparation et l’exécution vous enseignent la discipline, qui est applicable dans tous les domaines de la vie. Cette expérience nous apprend à nous concentrer et à atteindre nos objectifs. »

Miser aussi sur les coureurs d’élite

Les Africains ont longtemps dominé les marathons, depuis la course pieds nus d’Abebe Bikila récompensé d’une médaille d’or aux Jeux olympiques de Rome en 1960. Depuis, de nombreux athlètes ont suivi ses traces, conquérant non seulement les Jeux olympiques, mais aussi d’autres grandes courses sur route dans le monde entier.

 

Runners in the Abidjan Marathon (Organisers)Runners in the Abidjan Marathon (Organisers) © Copyright

 

De nos jours, des coureurs tels que Eliud Kipchoge et Bridget Kosgei font les gros titres. L’intérêt croissant de l’Afrique pour les courses de masse a sûrement quelque chose à voir avec ces athlètes d’élite qui accomplissent de grandes choses à l’échelle mondiale. Les milliers de Kenyans qui se sont rassemblés le 12 octobre dans les rues de d’Eldoret, la ville natale d’Eliud Kipchoge, pour le voir courir 42 km en moins de deux heures, sont un signe qui ne trompe pas. Les Africains du monde entier ont montré sur les réseaux sociaux qu’ils s’identifiaient à ses performances.

Il en fut de même lorsque, à Chicago, le lendemain, Kosgei a battu le record du monde du marathon féminin. Elle a couru en 2h14’04’’, pulvérisant ainsi le record précédent de 3 minutes et 14 secondes qui tenait depuis 16 ans.

Le succès de ces athlètes connaît un retentissement dans le monde entier et inspire souvent d’autres athlètes du même milieu à essayer de faire de même. Ils chercheront ces courses sur le continent et feront de leur mieux pour les gagner.

« Au Kenya, en Éthiopie et dans d’autres grands pays d’athlétisme et de course à pied, les gens utilisent le sport pour s’en sortir. Ils mettent à profit leur talent pour améliorer leur vie et leur style de vie », explique Williamson.

Ambassadeurs de l’athlétisme

Les courses sur route agissent maintenant comme le fer de lance de l’athlétisme en Afrique, surtout dans les régions où le sport est en difficulté. Ceci a été le cas en Zambie. En effet, les organisateurs du Marathon Lafarge de Lusaka s’accordent à dire que la course a conféré une plus grande visibilité à la Fédération zambienne d’athlétisme et ses autres compétitions.

« Cela nous a aidés à devenir plus créatifs, à collecter des fonds et à ne pas compter uniquement sur le soutien du gouvernement et d’autres donateurs », a déclaré Mpondela, qui a de grandes ambitions pour cette course.

« Nous voulons faire en sorte que ce marathon soit aussi grand que le marathon de Londres et que des coureurs de haut niveau viennent y concourir. »

Une situation similaire s’est produite au Nigéria, où le 10km d’Okpekpe offre aux locaux une place en première ligne à la Ligue de diamant. « Les gens peuvent regarder la Ligue de diamant de Shanghai après la course. Résultat : un petit village d’environ 3 000 personnes s’ouvre à l’athlétisme. C’est un concept de développement époustouflant » affirme Williamson.

Parallèlement, les courses se multiplient sur tout le continent. Selon Williamson, cette tendance ne s’arrêtera pas de sitôt.

« Le sport va continuer de se développer. C’est très excitant et si loin d’où nous étions il y a 10 ou 20 ans. »

Helen Ngoh pour World Athletics