World Athletics logo (IAAF) © Copyright
Press Release

World Athletics modifies rules governing competition shoes for elite athletes


- La traduction française suit le texte anglais



World Athletics has today amended its rules governing competition shoes to provide greater clarity to athletes and shoe manufacturers around the world and to protect the integrity of the sport.

The rule amendments (link) that the World Athletics Council has this week approved were recommended by its Assistance Review Group, an internal working group containing technical, scientific and legal experts as well as athlete representatives.

From 30 April 2020, any shoe must have been available for purchase by any athlete on the open retail market (online or in store) for a period of four months before it can be used in competition.

If a shoe is not openly available to all then it will be deemed a prototype and use of it in competition will not be permitted. Subject to compliance with the rules, any shoe that is available to all, but is customised for aesthetic reasons, or for medical reasons to suit the characteristics of a particular athlete’s foot, will be allowed.

Where World Athletics has reason to believe that a type of shoe or specific technology may not be compliant with the rules or the spirit of the rules, it may submit the shoe or technology for study and may prohibit the use of the shoe or technology while it is under examination.

Further, with immediate effect there will be an indefinite moratorium on any shoe (whether with or without spikes) that does not meet the following requirements:

  • The sole must be no thicker than 40mm.
  • The shoe must not contain more than one rigid embedded plate or blade (of any material) that runs either the full length or only part of the length of the shoe. The plate may be in more than one part but those parts must be located sequentially in one plane (not stacked or in parallel) and must not overlap.
  • For a shoe with spikes, an additional plate (to the plate mentioned above) or other mechanism is permitted, but only for the purpose of attaching the spikes to the sole, and the sole must be no thicker than 30mm.


The competition referee will have the power to request that an athlete immediately provide their shoes for inspection at the conclusion of a race if the referee has a reasonable suspicion that the shoes worn by an athlete do not comply with the rules.

The Assistance Review Group has concluded that there is independent research that indicates that the new technology incorporated in the soles of road and spiked shoes may provide a performance advantage and there is sufficient evidence to raise concerns that the integrity of the sport might be threatened by the recent developments in shoe technology.

It has therefore recommended that further research be undertaken to establish the true impact of this technology and that a new working group, comprising biomechanics specialists and other qualified experts, be formed to oversee this research, and to assess any new shoes that enter the market, where required. Shoe manufacturers will be invited to be part of this assessment process.

World Athletics President Sebastian Coe said: “It is not our job to regulate the entire sports shoe market but it is our duty to preserve the integrity of elite competition by ensuring that the shoes worn by elite athletes in competition do not offer any unfair assistance or advantage. As we enter the Olympic year, we don’t believe we can rule out shoes that have been generally available for a considerable period of time, but we can draw a line by prohibiting the use of shoes that go further than what is currently on the market while we investigate further.

“I believe these new rules strike the right balance by offering certainty to athletes and manufacturers as they prepare for the Tokyo 2020 Olympic Games, while addressing the concerns that have been raised about shoe technology. If further evidence becomes available that indicates we need to tighten up these rules, we reserve the right to do that to protect our sport."

“I would like to thank the Assistance Review Group, chaired by International Technical Official Brian Roe, for its diligent examination of this issue and sound guidance."

World Athletics will now establish an expert working group to guide future research into shoe technology (and consider any regulatory implications that that research might have), and to assess new shoes that emerge on the market. This group will report to the Competitions Commission, and ultimately to the Council.

World Athletics remains open to continued dialogue with shoe manufacturers and other interested stakeholders regarding the amended rules and their impact as well as the broader question of how to balance shoe technology and innovation with World Athletics' legitimate interest in preserving integrity in its sport.

 

Notes to editors:

  1. The amendments do not affect the heights of the high jump and long jump shoes, see Rule 5.2.
  2. The Assistance Review Group was chaired by Brian Roe (member of the former Technical Committee) and its members were Aziz Daouda, Yukio Seki, and Julio Roberto Gómez (members of the former Technical Committee), Susan Ahern (member of the former Legal Commission), Pedro Branco (former Health and Science Commission member), Michael Frater (former member of Athletes Commission) and Iñaki Gómez (Athletes' Commission member).


World Athletics

 

World Athletics modifie sa réglementation concernant les chaussures de compétition pour les athlètes d’élite


World Athletics a modifié aujourd’hui ses règles relatives aux chaussures de compétition, et ce par souci de clarté envers les athlètes et les fabricants de chaussures et dans le but de préserver l’intégrité du sport. 

Ces modifications ont été approuvées cette semaine par le Conseil de World Athletics, sur la recommandation du Groupe d’examen sur l’assistance, un groupe de travail interne composé d’experts techniques, scientifiques et juridiques ainsi que de représentants d’athlètes.

À compter du 30 avril 2020, avant de pouvoir être portée en compétition, toute chaussure doit avoir été disponible à l’achat par tout athlète sur le marché libre de la vente au détail (en magasin ou en ligne) pendant une période de quatre mois.

Si une chaussure n’est pas librement accessible à tous, elle sera alors considérée comme étant un prototype et son utilisation sera interdite en compétition. Sous réserve du respect de ces règles, une chaussure qui est accessible à tous mais qui est personnalisée pour des raisons esthétiques ou médicales, pour s’adapter aux caractéristiques du pied d’un athlète en particulier, sera autorisée.

Lorsque World Athletics a des raisons de croire qu’un type de chaussure ou une technologie spécifique pourrait ne pas être conforme au libellé ou à l’esprit des règles, elle peut soumettre la chaussure ou la technologie à un examen approfondi et peut interdire l’utilisation de la chaussure ou de la technologie en attendant les résultats de l’examen.

De plus, un moratoire à durée indéterminée s’appliquera avec effet immédiat sur toute chaussure (avec ou sans pointes) qui ne répond pas aux exigences suivantes :

  • L’épaisseur de la semelle ne doit pas dépasser 40 mm ;
  • La chaussure ne doit pas comporter plus d’une plaque ou lame rigide intégrée (de n’importe quel matériau) sur toute ou partie de la longueur de la chaussure. La plaque peut être constituée de plusieurs parties. Toutefois, ces parties doivent être placées sur un même plan (et non en parallèle ou empilées les unes sur les autres) et ne doivent pas se chevaucher ;
  • Pour une chaussure à pointes, une plaque supplémentaire (en plus de la plaque mentionnée ci-dessus) ou un autre mécanisme est autorisé uniquement pour fixer les pointes à la semelle, et l’épaisseur maximale de la semelle ne doit pas dépasser 30 mm.

 
Le juge-arbitre de la compétition aura l’autorité de demander à un athlète de remettre immédiatement ses chaussures pour inspection, à l’issue de la course, s’il a un doute raisonnable que les chaussures portées par l’athlète ne sont pas conformes aux règles.

Le Groupe d’examen sur l’assistance a conclu qu’il existe des recherches indépendantes qui indiquent que la nouvelle technologie intégrée aux semelles des chaussures à pointes et des chaussures pour épreuves sur route, peut fournir un avantage en termes de performance. D’autre part, il existe suffisamment de preuves pour susciter des inquiétudes quant au fait que l’intégrité du sport pourrait être menacée compte tenu des récents développements de la technologie appliquée aux chaussures.

Le Groupe a donc recommandé que des recherches complémentaires soient menées pour évaluer l’impact réel de cette technologie. Il a également recommandé de créer un nouveau groupe de travail, composé de spécialistes en biomécanique et autres experts spécialisés, aux fins de superviser ces recherches et de procéder à l’analyse de toute nouvelle chaussure introduite sur le marché, le cas échéant. Les fabricants de chaussures seront invités à prendre part à ce processus d’évaluation.

Sebastian Coe, Président de World Athletics, a déclaré : « Il ne nous appartient pas de réglementer l’ensemble du marché des chaussures de sport. Cependant, il est de notre devoir de préserver l’intégrité des compétitions d’élite en veillant à ce que les chaussures portées par les athlètes en compétition ne procurent aucune aide ou avantage injustes. En ce début d’année olympique, nous ne pensons pas pouvoir rejeter les chaussures qui sont couramment disponibles depuis longtemps. Toutefois, nous pouvons fixer une limite en interdisant le port de chaussures qui dépassent ce qui est actuellement disponible sur le marché pendant que nous poursuivons notre étude. » 

« Je pense que ces nouvelles règles établissent un juste équilibre en offrant une garantie aux athlètes et aux fabricants qui se préparent pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020, tout en abordant les questions qui ont été soulevées vis-à-vis de la technologie des chaussures. Si de nouveaux éléments démontrent que nous devons renforcer ces règles, nous nous réservons le droit de le faire, et ce dans le but de protéger notre sport. »

« Je tiens à remercier le Groupe d’examen sur l’assistance, présidé par M. Brian Roe, Officiel technique international, pour son attention minutieuse sur cette question et pour ses conseils éclairés. »

World Athletics va maintenant mettre en place un groupe de travail d’experts pour piloter les futures recherches sur la technologie des chaussures (et examiner les implications que ces recherches pourraient avoir sur la réglementation), et pour évaluer les nouvelles chaussures qui apparaissent sur le marché. Ce groupe fera rapport à la Commission des compétitions et, en dernier ressort, au Conseil.

World Athletics reste ouvert à la poursuite du dialogue avec les fabricants de chaussures et les autres parties prenantes intéressées concernant les règles modifiées et leur impact ainsi que la question plus large de savoir comment équilibrer la technologie et l’innovation en matière de chaussures tout en composant avec l’intérêt légitime de World Athletics de préserver l’intégrité dans l’athlétisme.

Notes aux rédacteurs :

  1. Les amendements n’affectent pas la hauteur des chaussures utilisées au saut en hauteur et au saut en longueur (voir Règle 5.2).
  2. Le Groupe d’examen sur l’assistance était présidé par Brian Roe (membre de l’ancien Comité technique). Ses membres étaient : Aziz Daouda, Yukio Seki et Julio Roberto Gómez (membres de l’ancien Comité technique), Susan Ahern (membre de l’ancienne Commission juridique), Pedro Branco (ancien membre de la Commission Santé et Sciences), Michael Frater (ancien membre de la Commission des athlètes) et Iñaki Gómez (membre de la Commission des athlètes).